Publié le 23 Février 2013

for Saeydeh

 

  

Saeydeh… freshly landed from her native Iran combined all in one the beauty of Isfahan, the coolness of the bad ghirs of Yazd, and her jade green eyes enhance the rose pink colour of her lips more than all the roses in Koshan…

 

All the boys wanted her… there was no one who didn’t fall for her charms… but the beautiful Scheherazade wouldn’t kiss and tell… she had fled Iran fleeing an arranged wedding with a suitor that didn’t suit her…

 

A bubbly brunette… rough diamond… waltzes into my classroom one day and takes the whole place by storm… a complete Iranian revolution ! Iran is fashionable and all the men are making way standing in a queue for her… before her… much to their disappointed the belle only speaks Farsi… and I am the only other person to speak Farsi… all the men’s eyes are on her… and on me ! Wild and peaceful fate…

My every move… my every word falls under the closer scrutiny…

 

Saeydeh is old enough to be my daughter and I deal with her as such… still I have to admit I understand that as beautiful and charming as she is… she has everybody wrapped around her little Persian finger…

Needless to say she has put the language class under nuclear fusion pressure…

 

Days come and days go… lessons come and lessons go… and Saeydeh ever more beautiful breaks more hearts… more often than not much to her ignorance for all she cares about is her freedom… Saeydeh is unspoken for… she hasn’t yet met Mr Right… Saeydeh’s heart is up for the taking but she hasn’t found who to give it to…

 

Time marches on and the year is drawing to an end and so is our course… Saeydeh’s fan following is at its peak… and every man is rolling in the deep… the lions in the arena are no longer pussyfooting but prey to their hormones… and patience has run thin…

What to do ? What is to become of Saeydeh ?

Where will she go if they let her go ? What if she simply went back to Iran ? Lost… squandered… wasted forever…

 

Saeydeh waltzed out of the classroom and out of our life… just as she had waltzed in… waltzed into our lives… which left us felling all the emptier… all the sorrier… for ourselves… some of us all the worrier… Saeydeh had left us… feeling sorry for ourselves… taken off to over sheltering skies…

 

 

Saeydeh met the man of her life…

Love was waiting just around the corner of summer that year…

They say love is never too far and love will always get his man… and woman… and it certainly did…

 

She and her engineering husband were very happy together still Saeydeh had to ward off her old demons… memories cobble cluttering memory lane… in he hope that one day… one fine day… the Iranian sun would shine again in a cloudless sky for Saeydeh… if ever…

 

All this was taking p lace so far from Saeydeh’s earlier life… Saeydeh’s new life hadn’t been able to invite her parents… to share her happiness…

Later… latter happiness didn’t mean happiness all round… parents she never talked about… only the happiness of her childhood… nostalgia… Saeydeh counted and recounted the stories of her early life… her husband would sit and listen for hours on end of her telling of her happy days then… he only wished he could speak Farsi and get to know her culture better…

 

Three years… two kids… one boy and one girl to complete the family… growing in happiness… the kids were soon off to school Saeydeh went back to dreaming about her happy days when as a child… over and over and over again in her head her thoughts were turning back to Iran… much to her husband’s sorrow to see her in such a state…

 

 

Jesse CRAIGNOU

Voir les commentaires

Rédigé par Jesse CRAIGNOU

Publié dans #Nouvelles Histoires - Short Stories

Repost 0

Publié le 23 Février 2013

 

for Azadeh

 

In the north of Iran a wandering woman weaves… she weaves and wanders and wonders what the skies have in store for an earth… an earthly woman such as her… wandering up hill and down dale… she weaves ands she dreams… she weaves as she dreams… and she dreams as she weaves… wandering meandering twixt ocean and desert like in a twist of fate… she weaves and she dreams that one day she will see the world… the world beyond her world… the world that she weaves  in her Gabbeh rugs…

 

She weaves as she seeds as she sows and she shows the world her world… she weaves along her dreams… the dreams she inherits from the wind… channelling through the mesh of her rugs… the dreams the wind brings down the mountain.... carries over the sea… over the desert… over sand dunes the mountains of the desert of her deserted life… the world known and the world to be known… beyond… is another world… for lack of a better word… a world beyond words… but not beyond pictures… not beyond rugs… painting her world in her words on her rugs…

 

 

She draws her inspiration for her rugs on her dreams of travelling… travelling by day travelling by night… travelling for life… life of travels… she weaves her dreams and the stories cotton on… she weaves and she reaps the wild seeds borne on the wind calling to her beckoning her to go beyond… to let go.. to give way to her fantasies… to give way to the streams she weaves… rowing roaming along the streams of her dreams… pushing further and further the limits of her world onto the world…

 

Unlike Penelope she’s not expecting anyone’s return… in any case not of a man… no man’s return in her no man’s land… in her flights of fancy she takes off to another the world… roaming about… roving above the world aboard a magic carpet ride… rover hovering over like a hawk stalking its prey… when suddenly the eagle which doesn’t understand her…  scurrying about down below… the eagle has traded its feathers for the sheepskin… in a dream she had about ancient birds turning the world to mammals…

 

 

One day an Iranian woman all in furs came from the other side of the world… of that world she didn’t know… that world she didn’t suspect… to meet the Gabbeh weaver the whole world wanted to know… to take her away… to tug her along in that tug of war between their two worlds… the appeal of yonder wonder… sisters from reverse worlds… coming together bringing their worlds together to the world… to take her away to keep her dreams at bay for an array of reality…

 

 

Jesse CRAIGNOU

Voir les commentaires

Rédigé par Jesse CRAIGNOU

Publié dans #Nouvelles Histoires - Short Stories

Repost 0

Publié le 23 Février 2013

 

for Lulu

 


Come and give Lucy a kiss…’ beckons the old farmer’s wife who would supply us in dairy products… ageing Madonna watching over… caring for… her handicapped daughter… now in her mid-forties… to remain in a chair for the remainder of her days…

The sociable polite pre-teen in me makes a beeline for Lulu… and give her a warm peck on the cheek, which she returns in a slobber… smearing with cheek with all her affection…

 

Lucy is forever sat squatting in her chair… between the fireplace in this big farm dining cum kitchen cum lounge cum hall room and the still black and white then telly… Lulu’s hall in fact… and waiting room… waiting for what nobody know since there is nothing to expect of this life for Lulu… except visitors and the big family forever toing and froing about the place owing to the business at hand…

 

 

Kindness and goodness of heart is no mere words to those people for they are ever so generous…

And so it is always an unmissable pleasure to see Lulu… who has won everyone’s heart…

She’s always in a good come what may… no matter what day or time of day…

She never has problems nor does she makes any fuss… she always happy to see her world… everybody and anybody in the whole world… the world that is Lucy’s oyster… a world she can barely see tied to her chair that she is but bound to see as much as she can get from where she is… armchair traveller Lulu… if only through the black and white bleak monitor…

The trouble and strife of the world don’t seem to hurt her… throning thus in the middle of her attendance room… giving granting audience to the high and the low all alike… and God knows they all come to her sooner or later… no matter what…

 

It’s always a pleasure to see Lucy… and her family…

They are ever so welcoming and smiling come rain or shine… what they have they give and what they don’t have they give all the same…

Lucy shine that unfathomable smile that I have only ever found elsewhere in Randy Crawford’s Almaz… ‘No one will want her… ‘cause life don’t haunt her…’… I remain convinced that like Almaz she’s in her own way a ‘lucky lucky thing’… as the song goes… that song that has me in tears every time… remembering our Lucy… or that French song that goes ‘Oh but she can’t sing… she doesn’t have the body to do that…’ Almaz… Corazon all the same heartbeat… heart that beats so long as there is life inside… to the rhythm and the rhyme of every morning’s life resuscitation… kiss of life of the morning dawning sunshine on Lucy’s face…

 

… in silence…                                                                                                                           

for Lucy doesn’t speak… Lucy can’t speak… Lucy won’t speak…

… to the sole sound of the squeaking of her squeaky chair…

She does try to speak however… but no sound… no sound ever comes out of her mouth… nothing you’d understand… nothing you’d understand if you don’t know Lucy… but a gargle garble barble… Venusian babble… stranger… stranger even to me sometimes… I who seem to know and understand Lucy so well… and the many languages I speak have proved to be helpless in Lucy’s case…

Lucy won’t kiss and tell…

Her lips move but she doesn’t move or so little… a stir at most… utmost best… her chair is her immobile mobility facility… Lucy seems rooted to the floor… seems to have stemmed up from the ground like a rose caught in the ill winds trade winds and whirlwinds of life that brushes and gushes past her… about her realm…

 

Lucy gives us sweets whenever she can… I take them with an unmatched unequalled unravelled pleasure although I never eat them… I never eat sweets and place them back when she dozes off in Lucy sweet box… and I’m sure she’s no fool and it’s private game of give and take we play every time we meet… it’s such a pleasure to see her so happy to give… and the smile on her face turns this muddy old farm into an island in the sun… in an instant…

Lucy shines… and shines her light on us… in her own insane way in this insane world…

 

 

Her mother worries…

Her mother worries as to where Lucy will go when she goes…

But we all know and understand that Lucy is more than like to pack it all up before any of us… A woman in her mid forties in Lucy’s condition and if there’s room at the top Lucy’s room for manoeuvre is more likely to be found in heaven soon… for the time being she needs care and caring for her is a full-time occupation…

 

 

Until… one day…

One day that was meant to be like no other… social services called and called in… raining down on her… preying down on her when nobody has prayed for them…

With all the new social services at your disposal Mrs C you’re entitled to all array of help and services… to assist you and your daughter in your every day life for a life of betterment for all of you…

 

The old famer’s wife was dumbfounded… who was this woman ? who was she to waltz into her house and barge in on her like that telling her what was best for them ? Hadn’t she borne her daughter into this world ? Love and cared for her for forty-six long years without having some young administrative mouthful of a woman telling her what was what ? Surely she was mistaking… she was mistaken… it was all a bad dream and she would soon wake to see Lucy face beaming in the morning sunlight…

 

But no… lo and behold… within a few days the wild witch of bureaucracy is back on her back… breathing down her neck sweet nuthin’ her with tones and undertones of welfare… and making herself more and more conspicuously obvious in her tracks…

No matter how she tried… no matter how hard she tried to make the clerk understand that there was no way Lucy could ever be happier nor could the family be happier than in the situation they’d always been… only known… the woman would have it… the woman wouldn’t hear of it… ‘And to be honest Mrs C you’re not getting any younger… let’s face it in a few years you won’t be able to cope… and your daughter won’t ever gain any sort of independence’ she force mercenarily down her ears’

 

The blow had been struck and the words stuck…

What sort of independence could Lucy want ? Could Lucy have for that matter ?

Why savagely sever the umbilical chord of a mother and daughter union that had worked faultlessly for all that time ? Time that was counted now… and to be accounted for…

 

It wasn’t long before eviction time came home… and thus Lulu was relocated… forcibly moved into a new house… that badly begged to be a home… Lulu… our Lulu… our one and only Lulu was now nothing… no one but Lonely Lulu… and we never quite so much saw much of Lulu again… replaced that she was in her new stead instead of her home… spot in the town centre where she has ceased to be the centre of attention and was far away from the centre of her world… landed… stranded… washed ashore this unfriendly shore of a town setting… in her new bedsitting condo…

 

 

Jesse CRAIGNOU

Voir les commentaires

Rédigé par Jesse CRAIGNOU

Publié dans #Nouvelles Histoires - Short Stories

Repost 0

Publié le 11 Février 2013

 

à Azadeh

 

 

Au nord de l’Iran une femme errante rêve… du haut des montagnes sous des ciels bas… du désert à l’océan assise ici et là sur son séant ambulant… déambulant… traînant son métier par monts et par vaux… au diable vauvert… et bien au-delà de la vie de déshérence qu’elle mène… qu’elle traîne… qu’elle sème… inséminée qu’elle est de la graine de ses rêves… la traîne des graines de ses rêves…

 

Elle rêve d’ailleurs et d’ailleurs ses rêves lui viennent d’ailleurs… ne peuvent venir que d’ailleurs… d’un ailleurs… ailleurs par-delà la montagne… par-delà la plaine… par-delà le désert… par-delà le monde connu qui reste à connaître… ailleurs c’est déjà tout un autre monde… au-delà bien au-delà des vents et des ondes… ses compagnons viennent d’un autre monde et inondent ses tapis jolis…

 

L’inspiration de ses tapis lui vient de ses rêves de voyages… voyages de jour voyages de nuit… voyages de vie… vie de voyages…  elle s’éprend elle se prend à rêver de liberté… de vraie liberté… de la liberté d’aller où bon lui semble… liberté ce nom que son père et sa mère lui avaient donné… qui reste un rêve à enfanter… l’ivresse des voyages la cueille au moindre vent qui l’emporte toujours plus loin toujours plus haut…

 

A l’inverse de Pénélope elle n’attend le retour de personne… en tout cas pas d’un homme… mais seulement l’heure de son départ… elle appelle ses tapis vols-au-vent comme des tapis volants… planant flânant là-haut tel l’aigle qui ne la comprend pas elle là en bas… et voici que l’aigle apparaît dans son tissage l’oiseau a échangé son plumage contre la toison des moutons… elle dont la liberté de rêver bridée ignore si les dinosaures ont des plumes… ou des fourrures…

 

 

Un jour une Iranienne toute en fourrures est venue du bout du monde… de ce monde qu’elle ne connaissait pas… ce monde qu’elle ne soupçonnait pas… chercher ses Gabbeh… et l’a emmenée elle aussi emportée dans ses bagages dans son sillage… de par les ondes de par le monde… à l’autre bout du monde… d’altronde… une sœur d’un autre monde gironde de ce désir de retrouver les déserts de son enfance gravide de rêves d’outre-monde… pour lui faire faire le tour du monde et de son monde…

 

 

jesse CRAIGNOU

Voir les commentaires

Rédigé par Jesse CRAIGNOU

Publié dans #Nouvelles Histoires - Short Stories

Repost 0

Publié le 9 Février 2013

 

Saeydeh… tout juste arrivée de son Iran natal… combinait la beauté d’Ispahan, la fraîcheur de tous les bad ghirs de Yazd et ses yeux d’un vert de jade faisaient ressortir des lèvres rouges rosées de toutes les roses de Koshan…

 

Tous les garçons la voulaient… mais la belle Shéhérazade ne s’en laissait pas conter… elle s’était enfuie du pays… de sa maison… de sa raison… pour échapper à un mariage convenu qui ne lui convenait pas…

 

Une pétillante petite brune… tendre brute… débarque dans le groupe et c’est une véritable tornade ! Nous en en pleine révolution iranienne ! L’Iran est à la mode et tous les hommes sont au garde-à-vous il lui font la haie en file indienne… hélas la belle Shéhérazade ne parle que farsi… et personne d’autre que moi ne le parle… tous me surveillent comme le lait sur le feu ! Douce violence…

Mes moindres faits et gestes… mes paroles… sont sous haute surveillance…

 

Saeydeh a l’âge d’être ma fille et je la traite comme telle… mais c’est vrai qu’elle est belle et pleine de charme…

Pourtant… elle a mis notre cours de français sous la température et la pression d’une fusion nucléaire…

 

Les jours viennent les jours vont… les cours viennent les cours vont… et Saeydeh toujours plus belle brise toujours plus de cœur bien à son insu car elle n’a d’yeux que pour la liberté… si son cœur est à prendre Saeydeh n’a pas encore trouvé à qui le donner… l’année arrive à sa fin et la popularité de Saeydeh à son apogée…

Les lions dans l’arène sont plus que jamais agités…

Que faire ? Que va devenir Saeydeh ?

Vers quels horizons… quel ciel… va-t-elle s’envoler ?

Et si elle repartait pour l’Iran à tout jamais ? Perdue… pour tous pour toujours…

 

Saeydeh nous a quittés en un tour de valse… comme elle était arrivée… comme elle était entrée dans notre vie… qui s’en retrouvait d’autant plus vidée… vide… de Saeydeh…

 

Elle rencontra l’homme de sa vie…

L’amour l’attendit au tournant des vacances d’été cette année-là…

Amour passion amour fusion amour toujours…

Elle et son ingénieur de mari s’évertuaient à vivre heureux et chasser les démons des souvenirs de la vie de Saeydeh… dans l’espoir d’un jour… de jours plus heureux... encore si c’était possible…

 

Mais tout cela se passait loin si loin de la vie d’avant de Saeydeh… sa nouvelle vie qu’elle n’avait pu inviter ses parents à partager…

Vie d’avant… des parents dont elle ne parlait jamais mais seulement du bonheur de son enfance de sa jeunesse… comme des regrets… son mari l’écoutait et à ses côtés avait appris çà parler sa langue… à connaître sa culture…

 

Trois ans… deux enfants… un garçon et une fille sont venus compléter la famille… qui nageait dans d’autant plus de bonheur… et bientôt ils s’en allèrent à l’école et Saeydeh de repenser à sa vie passée… ressassée dans sa tête… son mari se peinait de la voir ainsi peinée…

 

Quand un soir il rentra avec une bonne nouvelle…

Tu vas être heureuse…

 

 

Jesse CRAIGNOU 

Voir les commentaires

Rédigé par Jesse CRAIGNOU

Publié dans #Nouvelles Histoires - Short Stories

Repost 0

Publié le 9 Février 2013

 

Quand on a que l’amour on n’a plus rien à perdre…

 

 

Au fond de ce camp qui semblait n’accueillir que la lie de la société… la lie de l’humanité… qui pouvait s’attendre à rencontrer l’amour ?

 

Le futur semblait ne pas avoir d’avenir… et l’avenir pas de futur…  au fond de ce camp des oubliés de l’humanité… cette humanité déshumanisée… qui n’avait plus d’humanité que ce semblant ce faux-semblant… cette vraie semblance d’humains… d’humains inhumains en somme… de bêtes de somme… ou ce qu’il en restait…

 

 

Du côté des victimes comme du côté des bourreaux le sort ne semblait même pas peu enviable… La différence n’était même plus physique mais esthétique cosmétique… Bien sûr il y avait la taille… bien sûr il y avait l’uniforme… mais tout le reste de ces hommes et de ces femmes était uniforme… à forme qui avait été humaine… pour peu que l’on ne l’oublie…

 

 

C’est dans la foule de ce désert qui semblait n’être que l’œuvre de Giacometti habillée par Egon Schiele qu’ils se rencontrèrent… qu’ils se trouvèrent… dans ce champ de travail où l’agresseur esclavagiste les avait consignés…

Si le labeur était laborieux… industrieux… pénible… au moins là il y avait à manger… et l’on pouvait se servir… les geôliers tournaient la tête prétendant ne rien voir pourvu que les prisonniers y puisent l’énergie qui leur permettait de faire leur travail… si toute peine mérite salaire l’addition était plus que salée…

 

Leurs regards se rencontrèrent en plein jour tel dans l’obscurité… faisant de l’électricité… un éclair qui leur éclairait un instant d’éternité… une vision de paradis illuminant ce monde immonde… un instant suspendu dans l’infini du temps… comme un instant perdu dans l’infini du temps…

Éperdus dans cet endroit perdu… eux qui avaient tout perdus s’étaient trouvé… et le temps d’un instant s’étaient retrouvés… amour veaux vaches cochons… tout leur avait été pris… quand ils s’étaient fait prendre et qu’ils s’étaient vus pendre… leur crime n’avait été autre que d’avoir été au mauvais endroit au mauvais moment… leur heur avait été joué sur une histoire d’heure…

 

 

Pas de nom parce que à partir de là tout ne pouvait que recommencer… et il valait mieux faire silence du passé…

Un nom c’est une histoire un héritage que l’on reçoit… un héritage que l’on donne…

Le passé n’était plus de mise et le futur était plutôt démis… c’est dire s’il n’y avait rien à dire…

 

 

Adam était marié à une femme qu’il avait laissé par mégarde lui échapper et échappé par la même à la rafle…

Il aurait voulu des enfants mais n’avait pas eu le temps… et quand le temps lui laissait le loisir d’y penser il n’en voyait pas vraiment l’intérêt…

 

 

Eve était mariée… mais son mari s’était égaré sur les distances qui faisaient front… qui faisaient front et faisaient rage dans une joute d’un autre âge…

Elle ne voulait pas vraiment d’enfant et s’il en voulait elle se disait qu’il devait y avoir autre chose un autre appel dans l’humanité que ce besoin mécanique et systématique de se reproduire… jusqu’à la fin de temps… et qu’on ne saurait ni quand ni comment tout cela finirait…

 

 

Le retour les retrouva changés…

Dans le feu de l’effusion des retrouvailles Adam et Ève se portèrent volontaires à la paternité et la maternité… chacun de leur côté… sans s’être concertés…

Adam montra maintenant un empressement à avoir des enfants que sa femme voulu prendre pour un renouvellement de leur amour et de son engagement…

Ève se donna… s’abandonna corps et âme à son mari abasourdi nuit après nuit… et lui donna enfant après enfant… elle qui n’en voulait pas auparavant…

 

 

Les enfants vinrent et les enfants allèrent… menèrent leurs vies… grandirent… fondèrent leurs familles… laissant derrière eux parents… laissant derrière eux enfants… l’œuvre du monde battait son plein… jusqu’au jour où… au-delà bien au-delà de l’espace et du temps… par-delà l’histoire ils continueraient la lignée incassable de l’humanité… d’une manière ou d’une autre…

 

 

Un jour lointain… bien plus loin qu’ils ne l’avaient rêvé… bien plus loin qu’ils ne l’avaient imaginé… je les ai rencontrés… je les ai retrouvés alors qu’eux-mêmes s’étaient perdus de vue… s’étaient perdus de vie… que depuis ce jour fatidique de leur séparation… ils n’espéraient plus se retrouver…

 

Eve avait lu cette histoire d’un homme qui se nommait Adam… qui avait aimé une fois d’une passion plus que jamais irraisonnée… et de l’espoir qui en était né… cette Ève d’un nouveau jour… d’un nouveau monde… cet amour né d’un monde immonde… cet amour que le bonheur inonde…

Il racontait l’histoire d’un homme et d’une femme étrangers qui s’étaient aimés au-delà de la folie des hommes… et des femmes… et elle les avait reconnus… elle les avait connus… elle savait…

Elle avait su alors que leur amour n’avait pas été pour rien que leur amour avait été au-delà de l’amour…

 

Ils ne s’étaient jamais revus… ils s’étaient perdus de vue… ils ne s’étaient pas oubliés… mais ils avaient comme d’un commun accord décidé d’enterrer les fantômes du passé… ils s’étaient aimés vivants… dans cet univers de mort…

 

 

Jesse CRAIGNOU

Voir les commentaires

Rédigé par Jesse CRAIGNOU

Publié dans #Nouvelles Histoires - Short Stories

Repost 0

Publié le 9 Février 2013

à Christian

 

 

Il met l’aiguille sur le vinyle et l’aiguille entre dans sa veine.

Il appuie sur la seringue et la musique s’emballe… effrénée… frénétique comme un cheval au galop…

 

Il me demande si je les vois… mais moi je n’ai toujours rien vu venir… quand soudain dans l’herbe au lointain qui verdoie… je vois la route qui poudroie…

Ils arrivent au galop et semblent se multiplier dans leur course folle…

 

Et maintenant ?

 

Oui ils sont là… bel et bien là… et je crois moi aussi que je les vois…

Ils déballent… ils dévalent… c’est un véritable dédale…

Un cheval… deux chevaux… trois chevaux… quatre chevaux… cinq chevaux… dix chevaux… cent chevaux… mille chevaux… et cela ne fait que commencer… cela ne fait qu’augmenter… une manade… tout un manège… qui émerge… qui nous submerge…

 

Et maintenant ?

 

Je traduis les paroles qui déferlent aussi vite que je peux… m’excusant du peu… de peur de couper le rythme de gâcher son plaisir si je lève le bras qui le tenait sous perfusion…

Il est là allongé devant moi sur son lit dans un état second… ses airs de rock star tranchent franchement avec l’album d’une chanteuse qui a l’air d’un homme dans un groupe où les hommes ont l’air de femmes…

 

Et maintenant ?

 

Les chevaux n’ont pas ralenti leur course… même plutôt accéléré…

La musique s’est faite envahissante… prenante… agrippée à mes lèvres… à mes tripes… accrochée à sa veine… à ses attentes…

 

Et maintenant ?

 

Les chevaux sont partis depuis longtemps mais il est toujours là… Il git devant moi inerte… alerte… mais une sourire barre son visage… et cet étalage me laisse à penser qu’il est aux anges… ce mec a vraiment un ange gardien…

 

 

Jesse CRAIGNOU

Voir les commentaires

Rédigé par Jesse CRAIGNOU

Publié dans #Nouvelles Histoires - Short Stories

Repost 0

Publié le 8 Février 2013

Bibliothèque de prêt Kindle : 
les membres d'Amazon Premium qui possèdent un Kindle peuvent emprunter gratuitement un livre par mois, sans date limite de retour (un emprunt à la fois), 

 
en choisissant parmi plus de 200 000 livres (dont 4 000 livres en français), parmi lesquels de nombreux best-sellers actuels ou anciens ainsi que les sept tomes de Harry Potter.

 

Jesse CRAIGNOU

Voir les commentaires

Rédigé par Jesse CRAIGNOU

Publié dans #Présentation - Introduction

Repost 0

Publié le 6 Février 2013

 

Needless to say that I would recommend my Singin’ To English book here…

You will find a whole wealth of resources which I will not repeat here…

 

As a music therapist I can only recommend using songs and music to support learning.

Music offers many qualities beyond the mere enjoyment of listening to music and singing…

The student will benefit from a memorising facility while helping with phonetics through songs and singing…

 

In my evening classes –where I teach groups from all walks of business and non professional life as well as various levels- I kick off the lesson with a song I asked students to prepare in the previous lesson… the students have to print the lyrics and listen to the song.

I open the evening with playing the song while the student read the lyrics they have brought… I then have them read parts of the set of lyrics in turns after what they are invited to talk about the song and theme dealt with in the song… and we round up with all the general questions whether vocabulary or grammar or else… before I give them another song for the next lesson.

 

My songs are chosen for various reasons which can be the

  • Vocabulary
  • Grammar
  • Phonetics
  • Skills
  • Theme
  • Etc…

Always taking into consideration the level of the students…

 

Musicals also make wonderful material for teaching support… and they cater for all tastes and ages… from Seussical to Tycoon via High School Musical…

 

http://www.amazon.com/Singin-To-English-ebook/dp/B00B1V6C8G/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1360094874&sr=8-1&keywords=jesse+craignou

 

Jesse CRAIGNOU

Voir les commentaires

Rédigé par Jesse CRAIGNOU

Publié dans #Présentation - Introduction

Repost 0